L'Auberge Virtuelle

Recherche d'information : partie avec joueurs tournant

Bonjour,

J’aimerais vous solliciter pour un peu d’aide. Voila ce qu’il en est : Je cherche à faire jouer une partie de jdr sans joueurs continus, je m’explique : les joueurs peuvent arriver et repartir comme il le souhaite. Je me souviens d’avoir lu un article sur ce type de partie faite en convention mais je ne le retrouve pas . Est ce que vous auriez des ressources traitant de ce genre de pratique ?

Merci d’avance :slight_smile:

ps : je sais qu’il existe atrpg mais ce n’est pas adapté pour mon cas présent

1 J'aime

Salut,

C’est du jeu en table ouverte (attention à ne pas confondre avec campagne ouverte, où les joueurs changent entre les sessions, pas pendant la session).

C’est un domaine que je connais bien, j’écris justement un jeu qui se joue en table ouverte avec les joueurs viennent et partent comme ils le souhaitent. C’est ce que j’utilise depuis 3 ans pour les parties de démonstration lors des conventions ou festivals de jeux et ça marche super bien. Ça permet de faire jouer une trentaine de joueurs sur un créneau de 2 heures là où une partie de démonstration classique en touchera que 5 ou 6.

Il faut un système simple avec beaucoup de prétirés, au moins une douzaine, qui se prennent en main rapidement. Au début j’utilisais Explorateurs de l’Inconnu avant d’épurer encore plus, il faut vraiment que ce soit fluide et rapide pour faire avancer l’histoire, de façon à ce que les joueurs qui ne restent que 5 minutes y trouvent aussi leur compte, pas uniquement ceux qui se posent une heure.
Je me suis fait des fiches de perso au format carte à jouer avec des fiches bristol glissées dans des protections plastiques pour cartes à collectionner. J’ai un portrait d’un côté, et la fiche minimaliste de l’autre.
Ça permet aux joueurs de choisir rapidement un personnage dont l’image leur parle et de commencer tout de suite à jouer.

Ce qui marche le mieux, je trouve, c’est de réussir à ce que la table ne se vide jamais, que les groupes se relaient sans qu’il y ait un changement total de joueurs. Comme ça les joueurs déjà présents accompagnent les nouveaux arrivants, avant de repartir à leur tour, et la fiction continue à progresser.

L’idéal est d’avoir un animateur assistant qui s’occupe de recruter les passants, car il est souvent difficile de le faire tout en menant la partie. Il leur explique rapidement le principe, leur fait choisir un prétiré et c’est parti.

J’essaie au maximum d’utiliser des aides visuelles, car non seulement ça attire l’œil des festivaliers, mais ça aide aussi les nouveaux arrivants à rapidement saisir la situation pour se plonger dans le jeu. Garder des objectifs clairs et simples pour le groupe permet aussi de fluidifier tout ça.

C’est probablement assez désordonné comme retour, pardon ^^". Si tu as des questions spécifiques, n’hésite pas !

6 J'aime

Merci :sunny:

Maintenant que je sais comment ça s’appelle je progresse :smiley:
Ton explication est très clair :slight_smile:

Je vais chercher aussi de mon coté, mais j’aimerais savoir ce que tu fais jouer comme histoire, que font les PJs, comment impliquer les personnages, ton rôle en temps que MJ (je veux dire est ce qu’il y a des différences par rapport à une table classique ?), est ce que tu as un nombre minimum et/ou maximum de PJ à table, est ce que l’histoire à une fin ou est ce que c’est possible de continuer ad vitam aeternam (exemple de plusieurs MJ qui se relaient), qu’est ce qui peut « casser » ce genre de table (hormis le manque de joueurs) ?

Merci d’avance pour ton temps et tes réponses :slight_smile:

1 J'aime

Au début je faisais jouer de l’exploration castrale de donjon classique mais j’ai remarqué que la thématique rebutait certains joueurs, qui n’aimaient pas piller des tombes ou se battre. Maintenant, je fais jouer des secouristes de l’espace volant au secours d’une station spatiale sinistrée. Toute le monde s’identifie facilement à des sapeurs-pompiers valeureux, et se sent tout de suite impliqué dès que je décris une victime coincée sous une poutrelle ou risquant d’être aspirée dans le vide spatial.
C’est facile pour moi d’improviser en ajoutant de nouvelles situations, et il y a quand même moyen de dérouler une histoire au fur et à mesure que les PJ explorent la station pour découvrir les causes de la catastrophe (météorite, rébellion d’IA, infection alien, panne, tout à la fois…).
Le fait d’avoir un décor de science-fiction autorise également quelques facilités scénaristiques, comme par exemple téléporter les personnages des joueurs qui arrivent ou partent.

Le plus dur est d’accueillir les nouveaux venus tout en menant lorsque je n’ai pas d’assistant, ça demande de garder à la fois à l’esprit la situation en jeu et la discussion en vrai, c’est pas super pratique.
Les festivals de jeux on souvent tendance à cacher les jeux de rôle dans un coin « pour être au calme », mais pour que ce format marche, il faut au contraire être dans un lieu bien visible avec beaucoup de passage. Il ne faut pas hésiter à tendre un prétiré aux badauds qui viennent regarder la partie, ils se prennent souvent vite au jeu même s’ils font mine d’être réticents au début.

À chaque fois qu’un nouveau joueur arrive, on fait un tour rapide de présentation, je demande à chaque joueur son prénom et une rapide description de son personnage.
Comme j’ai des portraits sur mes fiches, les débutants se contentent souvent de le décrire. Pour les amener à s’approprier le personnage, je pose une question supplémentaire du genre « de quelle couleur est ta combinaison ? » (les portraits sont en noir et blanc) ou « quelle était la dernière mission que tu as faite avec machin ? » (pour lier un minimum les PJ entre eux).

Je fais progresser les événements plus rapidement qu’à une table classique. La situation évolue drastiquement après chaque action ou dès que les joueurs hésitent trop longtemps sur la conduite à tenir.

Je donne la parole aux joueurs qui n’osent pas la prendre ou se la font couper par les grandes gueules à la table, et je m’efforce d’accepter tout ce que les joueurs proposent, même si ça ne correspond pas forcément à ce qui se ferait dans une partie de jeu de rôle classqiue. Par exemple, il arrive que des débutants prennent le contrôle de la narration et fassent agir des PNJ. Tant que ça ne casse pas tout je laisse couler, c’est déjà super qu’ils s’expriment.

La seule limite est généralement la taille de la table. En général j’évite de dépasser 12, et je recrute déjà beaucoup moins passé 8.

Pour ce qui est du minimum, un seul joueur suffit, voir quelqu’un jouer attire déjà quelques curieux qui sont autant de joueurs potentiels. En début de convention, il m’arrive souvent de jouer avec mon assistant comme joueur le temps que quelques visiteurs s’approchent.

On peut continuer à l’infini, mais il y a généralement un moment où le festival ferme au public. Quand je vois que l’heure approche, je fais arriver la navette de secours pour que les PJ y chargent les rescapés et on conclut l’histoire.

Tous les soucis classiques avec les joueurs débutants peuvent se rencontrer, notamment celui du joueur qui décide de faire n’importe quoi pour tester les limites du jeu et commence à tuer ses camarades sans raison ou ce genre de choses. Une petite clarification HRP suffit souvent à recadrer les choses, ça marche d’autant mieux si on parvient à amener ses copains à lui demander d’arrêter, il a souvent plus de respect pour eux que pour l’animateur.

Des soucis de rudesse aussi, j’ai eu un joueur qui s’était approprié la narration (bien !) pour en faire en sorte que les indigènes primitifs innocents soient les véritables terroristes coupables de la catastrophe (beaucoup moins bien !), refuse en bloc toute proposition pour ramener l’histoire dans des sujets plus politiquement corrects. Il a fallu recadrer vite car c’était pas idéal pour une partie de démonstration en public…
C’est bien d’accepter les propositions des joueurs mais il faut doser ^^.

Après, c’est beaucoup de négociations avec les visiteurs pour les convaincre de participer, et qu’une partie de jeu de rôle en 5 minutes, c’est possible. C’est souvent frustrant de rester longtemps sans joueurs alors qu’il suffirait d’un ou deux pour motiver plus de monde à rejoindre la tablée.

EDIT: Quelques photos de stands et fiches de personnages pour donner une idée.

6 J'aime