L'Auberge Virtuelle

Une année qui passe... (la partie)

Postez ici vos contributions à la partie !

1 J'aime

Contribution n°1, par Nitz

Début de la saison : printemps (famille des coeurs)

**j’ai tiré un huit de coeur : **

HUIT - Il y a un nouvel endroit qui peut aider les personnes fatiguées et grincheuses. Les villageois s’y reposent et se sentent mieux. Qu’est-ce que c’est ?
ou…
HUIT - Quelqu’un dans notre village part, à la recherche de réponses. De qui s’agit-il ? Que
cherche-t-il ? Comment notre village l’a-t-il aidé à préparer son voyage ?

Comme notre village est un vrai havre de paix, situé dans un courant chaud et délicat, plein de crustacés de passage le traversent. Mais parfois il arrive que les nouveaux venus soient fatigués par leur voyage, ou triste parce que leur coquille ou leur nageoires sont abîmées. Certains sont aussi désespérés parce qu’ils ont dû quitter leur récif et que leurs amis leurs manquent. C’est pourquoi Omar le homard et Mimi Crevette ont décidé de créer l’atelier répar’tout. Il se trouve au nord de notre récif corallien, dans une coquille ayant appartenu à un bulot géant. C’est un endroit super avec plein d’outils, dont toutes sortes de pinces, bien sûr. Le savoir-faire et la gentillesse des tenants du lieu attirent les nouveaux. Beaucoup de clients de l’atelier ne sont jamais repartis du village et sont devenus des voisins et des amis précieux. Car dans l’atelier répar’tout, on répare… tout, y compris les coeurs brisés !

je me permets de prendre un jeton cosy par que j’ai repris un lieu créé par quelqu’un et que je l’ai développé en espérant que ça plaise à mes compagnons de jeu. J’ai évité tout conflit ou idée négative, et du coup je me sens bien et détendu.

note : vous pouvez faire des remarques et des suggestions si vous le souhaitez !

Pour la suite de mon tour, je choisis : un ami de notre village vient nous rendre visite pour un certain temps. Je choisis de développer le marchand itinérant qui fait commerce d’histoires.

Les enfants du village sont tout fous. Maître Tourteau a bien de la peine à leur faire répéter la chanson qu’ils chanteront au spectacle ! Sur les lèvres, les mandibules et les antennes, un seul nom : Jack Langouste ! Ah oui, à chaque début de printemps, jamais il ne manque à l’appel, ce colporteur d’histoires. Il en a de toutes les sortes, pour tous les âges et tous les goûts. Jack sait toujours l’histoire qu’il vous faut, mieux que vous même ! Parfois ces contes de pirates et de sorcières des mers font un peu peur, mais ils se terminent toujours bien. Lorsque la sonnerie retentit, les enfants se précipitent sur la place centrale du village, le Théâtre des Moules Rieuses, non loin de l’école. Déjà ils s’assoient sur les bancs, après avoir déposé qui une anémone, qui un concombre de mer, qui une étoile chatoyante, et font silence. Les parents sont là aussi, tout le village est rassemblé comme un seul être, plain d’amour pour leur ami et sa prosodique mélopée. Car le vieux colporteur est déjà là, avec ses airs mystérieux et inspirés. On sent déjà les récits des mers lointaines, des plages blanches aux cocotiers, des abysses sans fonds où la lumière n’est qu’un vieux souvenir… Ecoutez : l’hisoire commence !

note : vous pouvez faire des remarques et des suggestions si vous le souhaitez !

1 J'aime

*@Alquen @Zalys @Samuel @Borealis Vous pouvez faire des suggestions ou poser des questions à propos de ces deux événements, ici-même, jusqu’à jeudi soir 0h00. Passé ce délai, ce sera à @Zalys de poster sa contribution. *

Que pensez-vous de l’idée de notifier que la contribution a été vue en ajoutant un emoticon de son choix sur le post ? Je vous propose ici-même des emoticon (en plus des coeurs et autres joyeusetés) : face with raides ebrow = je n’ai pas tout compris je demande des précisions | check = j’ai vu et je veux passer à la suite | raised hand : je vais contribuer.

Enfin, pour les jetons Cosy, on pourrait aussi utiliser des emoticons : je propose la crevette (:shrimp:) pour symboliser le fait que ce message nous fait prendre un jeton Cosy. Chacun gère son compte de jetons individuellement et à sa propre discrétion

Je reporte ces propositions, qui sont des propositions, amendables, à discuter, tout ça tout ça, dans le fil à propos de la partie (méta), n’hésitez pas à y donner votre avis !!!

1 J'aime

Reportées du topic méta pour faciliter la lisibilité

Mes questions :

  • Que raconte l’histoire du colporteur ? Est-ce un conte ou une histoire vraie ?
  • Lui raconte-t-on celles du village qu’il colportera ailleurs ?
  • Est-ce grâce à lui que le village s’est fait certains amis ?
  • Est-ce que le village a pu développer certains savoirs qu’il a pu partager après avoir visité différents lieux ?
  • Est-ce que le colporteur vient depuis très longtemps ?
  • Comment est-il accueilli au village ? Où/par qui est-il hébergé ? Reçoit-il des présents contre ses histoires ?
  • Est-ce qu’une petite fête est organisée en son honneur ?

Les questions d’@alquen

J’adore le concept de l’atelier répare tout !
J’aimerais savoir à quel point est-il peuplé ?
Est que la carapace du bulot géant est maintenant orné de cabanes et plateformes reliés entre elles par des ponts de cordes qui en font le tour ?
Ou tel un antique donjon les gens se sont installés autour ?
Comment appel-t-on ces réparateurs ?
Omar et Mimi veillent ils sur eux tels des grands parents bienveillants ?

C’est un peu le bazar, mais après tout c’est vivant. J’ajoute les réponses d’Alquen et je me permets de répondre à certaines de vos questions pour étoffer ma contribution.

hé bien j’en profite pour intégrer vos questions et suggestions pour étoffer ma contribution, dans l’attente de celle de Zalys ce soir ou demain !!!

L’atelier répar’tout est habité par Omar et Mimi toute l’année, et par les clients de l’atelier quand ils en ont besoin. Il y a des chambres toutes mignonnes pour les accueillir, qui sont faites dans des coquillages abandonnés accrochés à la coquille du bulot. Les reflets de nacre sur l’atelier sont superbes, surtout quand un rayon de lumière de la surface vient l’irradier, à une certaine heure de la journée. On passe d’une cabane à l’autre par un réseau de cordes d’algues tressées, fabriquées par Mimi elle-même. Les villageois en sont venus à appeler Mimi et Omar Papi Pince et Mamie Tresse, ou encore les réparacoeur.

Que raconte l’histoire du colporteur ? Est-ce un conte ou une histoire vraie ?

Je pense que le marchand se doit d’attribuer un prix aux histoires. Pour lui rien n’a plus de valeur qu’une histoire pure. Donc vrai et sans déformation aucune. Peut-être même que c’est le saint Graal qu’il cherche.

Lui raconte-t-on celles du village qu’il colportera ailleurs ?

Je pense que nombre de personnes vont le voir pour lui céder ou acquérir des histoires.

Est-ce grâce à lui que le village s’est fait certains amis ?

Je dirais même mieux. Je pense qu’un certain nombre d’amours et d’amitiés se sont créés grâce à lui. Tel des correspondances des gens ont appris à se connaitre sans jamais s’être vu par histoire interposés.

Comment est-il accueilli au village ? Où/par qui est-il hébergé ? Reçoit-il des présents contre ses histoires ?

Pour une raison que j’ignore, ça m’évoque Gandalf arrivant à hobitton avec sa charrette. Si ça inspire quelqu’un.

Est-ce qu’une petite fête est organisée en son honneur ?

Peut-être que ses arrivés coïncides avec une de nos fêtes locales.

Alquen, peux-tu, veux-tu, reprendre tes réponses aux questions de Boréalis, que je trouve cools (les questions ET les réponses), mais peut-être en faire un paragraphe un peu plus ‹ littéraire › ?

je développe un peu les deux dernières questions de Boréalis en reprenant tes suggestions

Le soir venu, Jack Langouste est invité au banquet donné par la maire en son honneur. Comme c’est l’époque de la récolte de marshmallows et de fils acidulés, on en fait bombance. Après le banquet, on danse et on raconte des histoires. Puis Jack va dormir, comme à son habitude, chez son amie Irène Murène. Elle vit un peu à l’écart du village, parce qu’elle aime sa tranquillité. Certains visiteurs s’étonnent que nous soyons amis avec un carnassier de cette espèce, à la mauvaise réputation. Mais pour nous Irène est une vraie amie sur qui l’on peut compter, surtout quand il s’agit de nettoyer notre environnement et protéger les coraux. On raconte une histoire sur Jack Langouste et Irène Murène, et elle célèbre l’amour et la compréhension entre deux êtres, celui qui cherche à travers les sept mers l’histoire des histoires, et celle qui ne quitterait son rocher, ses coraux et ses amis pour rien au monde…

Jack Langouste est marchand avant d’être conteur comme il l’aime à le répéter.
Nul ne sais depuis quand il exerce mais nul ne semble pouvoir le berner.
Chacun lui présente son histoire, la contant du mieux qu’il peut. Sous le regard de Mr Langouste qui ne prend aucune note mais saura assurément restituer chaque histoire à l’identique.
En échange, il prendras le temps de chercher dans sa mémoire (la légende dit que lui offrir nourriture et boissons achèteras son indulgence) et restitueras a l’intéressé une histoire présentant les même qualités.
C’est d’ailleurs comme ça que Théo le bigorneau communique avec l’habitant d’un village lointain.
Ils se racontent leurs histoire par conteurs interposés. Théo courrait le rejoindre s’il n’aimait pas autant son travail à la station radio.

1 J'aime
  • J’ai tiré la carte 7 de coeur*
    « Trois nouveaux établissements sont construits dans notre Village ! Que
    sont-ils ? Comment font-ils pour rendre tout le monde plus heureux ? Modifie la
    carte si nécessaire.
    ou… - Il y a une maladie rigolote qui se transmet dans le village. Pourquoi est-ce marrant ?
    Quel en est en le drôle de remède ? »

Dans ce village paisible, de nombreux voyageurs passent, s’y reposent, restent aussi parfois. Les visiteurs sont assez nombreux, apportant avec eux des contes, des légendes, mais aussi de nouveaux produits. Malheureusement aussi de nouvelles maladies. Cette saison, le village de Coralia a du affronter une pandémie de « bloubloupi ».
Qu’est ce que cette maladie me demanderez vous? Et bien, tous les habitants touchés se retrouvent à ponctuer toutes les phrases par des « bloup ». Aussi amusant que dérangeant, cette maladie n’a pas manqué de faire rire les enfants à la découverte des premiers contaminés. Il n’en reste pas moins que cela était contagieux et que tout le monde se retrouva rapidement à ponctuer ses phrases par ces amusantes onomatopées.
A l’atelier Répar’Tout cependant on s’active à la recherche d’un moyen de guérison et c’est grâce aux efforts de Omar et Mimi que le remède fut trouvé: il faut s’étaler de la pâte à tartiner de marshamallow sur le bout du net et bien frotter.
Pendant les quelques temps qui suivirent, il n’était pas rare de voir des habitants dont le petit bout de nez était enduit d’une masse cotonneuse rosée et ne se saluant qu’en se faisant des bisous esquimaux afin de guérir tout le monde.
On raconte que Omar et Mimi qui devaient se marier pendant cette période se sont dit « oui » en bisous esquimaux et ont gardé un échantillon de la maladie en souvenir de leur belle union.

  • Pour la suite, je choisi: un lieu remarquable de votre village se développe ou change *

Omar et Mimi, ont dû pour créer tout les baumes de remède utiliser une grande quantité de chamallow. Le plant alors présents risquait de beaucoup en souffrir et se fatiguerait de devoir produire autant de fruits. C’est pourquoi, Mme Mirtille gardienne du potager et fermière de profession évoqua l’idée de replanter d’autres pieds. Chose qui fut faite et il y a désormais un bosquet d’arbres à marshamllow au coeur du village.

1 J'aime

je suis ravi qu’Omar et Mimi soient développés et qu’ils se marient, donc je me permets de prendre un jeton cosy dans la réserve.

Une question : Comment est-ce qu’on a fait pour planter les nouveaux arbres à chamallows (on les a greffés, bouturés, on a demandé des repousses à un ami du village…) ?

Une suggestion : développer encore plus le mariage d’Omar et Mimi ! (la cérémonie, le banquet, qui a reçu le bouquet d’anémones, qui a célébré l’union, quels vœux ont-ils prononcés, quel événement hilarant est survenu pendant la fête ?)

Une seule question : Es que Omar et Mimi ont prévu de faire une fête au sein du village pour leurs noces ?

6 de cœur :
SIX - Quelqu’un découvre une charmante marchandise que nous pouvons échanger avec d’autres villages. Modifie la carte si nécessaire.
Ou… SIX - Quelqu’un ou quelque chose appartenant au passé apparaît. Comment veut-t-il aider notre Village ?

Les jumeaux Bernard et Thierry (plus connus sous le nom Nanard et Riri l’Ermite). Fouisseurs connus et reconnus de la communauté. Ont commencés il y a quelques mois, une série d’excavations en périphérie de notre village. Dans le but humble mais néanmoins noble de récupérer du sable pour endiguer l’effondrement des récifs.
Leur œuvre avançait bon train, au rythme de voisinage FM. Quand Riri aperçu une espèce d’algue qui lui semblait inconnus.
Alors qu’il s’apprêtait à s’en débarrasser. Nanard l’arrêtât net, prétextant qu’une algue inconnue pourrait intéresser son amie de toujours Mme Myrtille.

A l’occasion d’une visite de courtoisie les deux frères apportaient le spécimen à Mimi, qui ne connaissait pas cette algue. Elle mit donc l’étrangeté oubliée en terre et offrit aux frères des rafraîchissements. Ils passèrent toute la matinée a rire a gorge déployé.
Et quel ne fut pas leur étonnement quand ils virent que l’algue mystérieuse avait grandi et s’était considérablement étendu.
L’algue se nourrissait des rires.
Mme Myrtille fut bien inquiète que ce soit une de ces mauvaises algues invasives.
Mais Ririe la bonne idée d’aller fourrer ses appendices dans les livres de botaniques de son amie. (Pendant que Nanard consolait la pauvre jardinière).
Publium Comicus, cette antique algue vivait autrefois dans la région.
Elle a la propriété d’assainir l’eau environnante, de croitre en présence de rires francs et d’avoir le gout de menthe poivré.
« Merveilleux !!! » s’écrivaillèrent ils tous ensemble.
Depuis, les deux jumeaux ont mis de côté leur excavation, pour aider Mme Myrtille à planter la Publium Comicus dans les zones les moins saines du territoire. Ils vivent une existence nomade, faisant le tour de la région avec leurs engins de chantiers pour planter le plus d’algues possibles.
Mme Myrtille garde précieusement dans son jardin quelques algues. Pour leur petit gout agréable qui en fait une friandise. Et pour éviter que Publium Comicus retombe dans l’oubli.
Maintenant il ne reste plus qu’à convaincre le maire d’organiser spectacles comiques dans des zones nauséabondes.

Alquen, ta contribution arrive un peu tôt, Zalys a encore le temps de répondre à nos questions. Je me permets de cacher ton texte et on le rendra visible demain après 12h30.

Une question : Comment est-ce qu’on a fait pour planter les nouveaux arbres à chamallows (on les a greffés, bouturés, on a demandé des repousses à un ami du village…) ?

Toute la difficulté pour trouver un remède n’est pas due uniquement à la recherche mais aussi à son application ainsi que l’approvisionnement en matière premières. La publication du remède risquait, en cas de mauvaise dispositions de tuer l’arbres à chamallow tant aimé et qui se devait de survivre le plus longtemps possible. Malgré l’envie de respecter les lieux et les biens communs, les habitants n’en auraient pas moins envie de guérir le plus tôt possible.
Omar et Mimi essayèrent tout d’abord de produire des graines avec la machine à semences sans grand succès. C’est cependant Mimi qui trouva la solution au cours d’une soirée où elle s’était endormie au pied de l’arbre, lui couvrant le pied et s’excusant de devoir lui faire subir tant de choses, elle espérait profondément trouver une solution. Chose qui arriva, l’arbre fini par répondre à ses attentions et laissa couler de son tronc un liquide sirupeux et des graines roses semblables à pétales et dont la texture faisait un amusant « smooosh smoosh quand t’appuies dessus ». Folle de joie, elle s’en alla réveiller Omar qui ne manqua pas de la prendre tendrement dans ses bras pour la remercier. S’en suivirent plusieurs jours où ils prirent conscience de leurs sentiments nés pendant cette folle période « boubloupi »
A l’issue de cette dernière, alors qu’ils achevaient cette fatigante période de préparation de baume, Omar la demanda en mariage chose que Mimi accepta ravie.

Bien que le banquet fut modeste, le mariage fut grandiose, joyeux et entouré de leurs proches. Ils mirent à disposition des invités des urnes à voeux dont ils entourèrent celle de leur rêve d’un amour commun et qui leur survivra.
Il n’y a pas eu d’événement marquant au cours de la cérémonie sinon que Mme Myrtille, témoin de leur union, en tentant d’attraper le bouquet d’anémones, se prit les pieds dans une algue farceuse qui se trouvait là.


L’arbre à marshmallow, est comestible intégralement. En effet, une fois ses précieux fruits cueillis, il est possible de manger les brindilles des extrémités qui deviennent tendres avec le temps qui passe.

ps: j’aimerais remercier une connaissance qui se reconnaîtra et qui en plus de m’avoir inspirée, nous a fait ce joli dessin de sa vision de l’arbre à marshmallow ainsi que de ses graines.

1 J'aime

@Alquen

Comment la nouvelle a été prise par les villageois? Comment s’assurer que cette plante n’est pas devenue invasive près des théâtres comiques?

Je pense que notre trio n’as pas eu le temps d’avertir officiellement les villageois.
Peu de temps après la découverte le théâtre comique a été entravé par la masses d’algue.
Fort heureusement passé par là, les élevés de primaires de Mr Hugo le bulot.
Qui se sont fait un plaisir de consommer les friandises poivre mentholés, libérant le lieu-dit.
Désormais, les jeunes primaires ont pour devoir envers la société de surveiller les algues sauvage et cas échéant les partager avec leurs camarades.

1 J'aime

Tout le monde s’affaire pour la fête du calembour qui auras lieux dans un mois. (4 sur mon D6)
Les moules rieuses prêtent leur théâtre récemment sauvé du sinistre.
Les frères Nanard et Riri ratissent la zone en recherche de Publium Comicus.

1 J'aime

Nouvelle saison, nouveau tour de jeu:

J’avance le compteur de préparation de 1, il reste donc 3 cartes avant que la fête du calembour se fasse.

J’ai tiré la carte de la dame de carreau : "Un fermier emménage et se joint à la communauté. Qui est il et comment sert-il notre village?

La fête du Calembour approchant à grand pas, la ville s’agitait de tous côtés. Les moules préparaient leur grand numéro comiques, prêtes à tout pour gagner le concours qu’elles ont perdues l’an dernnier au détriment des bernards l’hermites voisins qui s’étaient invités à la réception.

Attiré par ce flot de bonne humeur, l’hippocampe Kampus s’arrêta à Coralia. Ce dernier était planteur de myrtilles des mers et souhaitais trouver un lieu où faire pousser ses cultures. C’est naturellement que Mme Myrtille lui proposa une place près de ses culture, ce qu’il refusa expliquant au passage que les myrtilles de mer, étant des cousines un peu éloignées des coraux préféreraient probablement rester près des leurs. Cette idée plus beaucoup à notre botaniste qui ne manqua pas de lui trouver rapidement de quoi s’installer confortablement.

1 J'aime

Quel genre d’humour pratiquent les bernards l’hermites ?
Une habitante de Coralia est particulièrement excitée à l’idée de myrtilles de mer. De qui s’agit-il ?